Passer au contenu principal

Dépendance et itinérance

L’itinérance est l’une des plus sévères formes d’exclusions sociales. Les prévalences des problèmes de dépendance avec ou sans substances au sein des personnes en situation d’itinérance (PESI) y sont élevées comparativement à la population générale. Les PESI aux prises avec des dépendances constituent une population hétérogène, bien souvent stigmatisée, qui présente des profils de besoins multiples et complexes. Ainsi, des services variés sont nécessaires pour répondre à leurs besoins sur divers plans, comme par exemple : l’accès au logement, les troubles d’utilisation de substances, les besoins de base (nourriture, vêtements), la santé physique, la santé mentale, les difficultés judiciaires.

La dépendance peut être une cause ou une conséquence de l’itinérance. Quoi qu'il en soit, divers auteurs d’ici et d’ailleurs critiquent les politiques publiques et offres de services traditionnels, qui tendent à être fondées sur des approches moralisatrices ou encore fortement centrées sur la réduction des risques biologiques et des maladies en négligeant les besoins sociaux des PESI ; des approches qui ont contribué dans une certaine mesure à l’exclusion et la marginalisation de ces personnes (Beck et al., 2020 ; Jauffret-Roustide, 2020 ; Poliquin et al., 2017). En ce sens, Bellot et collègues (2005) déplorent la judiciarisation et la criminalisation des populations itinérantes. Cependant, on observe à travers la documentation et les politiques publiques récentes un changement graduel de paradigme autour des questions entourant l’itinérance et les dépendances. Ce changement de regard a permis une meilleure compréhension des causes et conséquences de la double problématique de l’itinérance et des dépendances ; ce qui a par la suite donné lieu à des innovations intéressantes en matière d’intervention dont entre autres, les programmes de stabilité résidentielle, les sites d’injection supervisée, les programmes de gestion de l’usage d’alcool ou les programmes d’approvisionnement sécuritaire (safe supply).

Ce Dossier thématique a pour objectif d’orienter les lecteurs vers quelques sources fiables et accessibles pour la plupart gratuitement dans le but de promouvoir les savoirs sur le thème des dépendances et l’itinérance. La documentation sur ce thème est abondante et la liste de lecture que nous proposons dans ce dossier n’est pas exhaustive. Pour ceux et celles qui veulent aller plus loin pour se documenter, nous rappelons que l’Équipe de soutien clinique et organisationnel en dépendance et itinérance de l’IUD propose plusieurs informations et outils utiles sur son site web dependanceitinerance.ca.

Dans le but de simplifier la lecture et la recherche d'information, les articles, outils et autres documents ont été classés par catégorie. Vous trouverez les différentes catégories ci-dessous. 

Si vous ne parvenez pas à accéder à un document, vous pouvez communiquer avec le Centre québécois de documentation en toxicomanie.

L’IUD tient à remercier Dre Marie-Ève Goyer, Karine Hudon, Yan Ferguson et Annie Larouche de l’Équipe de soutien clinique et organisationnel en dépendance et itinérance pour leurs contributions au développement et à la bonification de ce dossier thématique. 

1. Plans d’action et politiques publiques

  • Gouvernement du Québec. (2021). Plan d’action interministériel en itinérance 2021-2026. S’allier devant l’itinérance. Ministère de la Santé et des Services sociaux.
    Lien vers le plan d'action

    En vue de prévenir et réduire l’itinérance, le plan d’action interministériel en itinérance 2021-2026 du gouvernement du Québec expose 31 mesures structurantes regroupées en 14 actions et articulées autour de trois axes, soit la prévention, l’accompagnement et l’intersectorialité. Rehausser le continuum de services en dépendance constitue l’une des mesures structurantes visées par ce plan d’action. 


     

    Gouvernement du Québec. (2018). Prévenir, réduire et traiter les conséquences associées à la consommation de substances psychoactives, à la pratique des jeux de hasard et d’argent et à l’utilisation d’Internet. Plan d’action interministériel en dépendance 2018-2028. Ministère de la Santé et des Services sociaux.
    Lien vers le plan d'action

    Du fait de leurs caractéristiques propres, leurs comportements d’usage de substances psychoactives ou de pratique de jeux de hasard et d’argent, les personnes en situation d’itinérance sont reconnues par le gouvernement du Québec comme faisant partie du groupe d’individus qui risquent davantage de vivre les conséquences de la dépendance ou qui présentent des besoins particuliers en matière de services. Dans son plan d’action interministériel en dépendance 2018-2028, le gouvernement du Québec souligne une fois de plus l’importance d’offrir une réponse variée, adaptée et flexible aux réalités des personnes en situation d’itinérance aux prises avec une problématique de dépendance.


     

    Gouvernement du Québec. (2018). Stratégie d'accès aux services de santé et aux services sociaux pour les personnes en situation d'itinérance ou à risque de le devenir. La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux.
    Lien vers le document

    Dans la stratégie d’accès aux services de santé et services sociaux pour les personnes en situation d’itinérance (PESI) ou à risque de le devenir du gouvernement du Québec, les services de dépendance font partie des neuf principaux programmes-services responsables de la prise en charge des besoins des PESI ou à risque de le devenir. Dans ce document qui s’adresse spécifiquement aux intervenants du réseau québécois de la santé et des services sociaux, les fondements, les étapes de l’implantation et les indicateurs de suivi de la stratégie québécoise d’accès aux services sont présentés. 


     

    Gouvernement du Québec. (2014). Mobilisés et engagés pour prévenir et réduire l’itinérance. Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020. Ministère de la Santé et des Services sociaux. 
    Lien vers le plan d'action

    Dans ce plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020, le gouvernement du Québec reconnaît une responsabilité collective dans la lutte contre l’itinérance. Il s’engage dans des actions réfléchies, ciblées et concertées qui tiennent compte de la diversité des visages et parcours en lien avec l’itinérance. Le gouvernement du Québec reconnaît également au passage que les besoins spéciaux des personnes en situation d’itinérance ayant des problèmes de dépendances sont difficiles à satisfaire dans le panier de services actuellement disponible. Il propose alors un virage et des façons de faire différentes. Il propose l’élaboration et l'implantation d'offres de services plus adaptées aux particularités de chaque acteur à risque d’itinérance ou concerné par l’itinérance.


     

    Gouvernement du Canada. (2020). Vers un chez-soi : la stratégie canadienne de lutte contre l’itinérance.
    Lien vers le document

    Le programme communautaire Vers un chez-soi vise à lutter contre l’itinérance en offrant un soutien et un financement directs à diverses communautés partout au Canada. Ce document du gouvernement du Canada présente les orientations et attentes relatives aux exigences de ce programme.


     

    Gouvernement du Canada. (2019). Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances
    Lien vers le document

    Cette source produite par le gouvernement du Canada présente des informations et stratégies relatives à la prévention, le traitement et la réduction des méfaits en lien avec l’utilisation des drogues et l’utilisation illicite de certains médicaments. Les informations sur les ressources et les programmes de financement des activités visant à répondre aux enjeux associés aux drogues et autres substances psychoactives y sont également fournies.


     

    Service de la diversité sociale et des sports de la Ville de Montréal. (2018). Plan d'action montréalais en itinérance 2018-2020 : parce que la rue a différents visages. Montréal, Québec : Ville de Montréal. 
    Lien vers le plan d'action

    Ce document aborde les enjeux de l’utilisation de substances psychoactives auprès des personnes en situation d’itinérance. Dans le plan d’action montréalais en itinérance 2018-2020, l’une des 40 actions visées par la Ville de Montréal est d’établir une offre de services aux personnes en situation d’itinérance aux prises avec un trouble d’usage d’alcool ; ceci en contribuant au développement de ressources d’accueil avec consommation d’alcool contrôlée de type « wet services ». 
     

2. Quelques enjeux entourant le soutien aux personnes en situation d’itinérance aux prises avec des troubles d’utilisation de substances

  • L’Observatoire canadien sur l’itinérance. (2016). Définition canadienne de l’itinérance chez les jeunes. Le rond-point de l’itinérance.
    Lien vers le document 

    En vue de soutenir l’élaboration et l’implantation d’interventions efficaces pour lutter contre l’instabilité résidentielle auprès des jeunes âgés de 13 à 24 ans, ce document présente la définition canadienne de l’itinérance chez les jeunes. Cette définition commune fournit à tous les niveaux gouvernementaux et les groupes communautaires, un cadre de compréhension de l’itinérance chez les jeunes. Elle est un outil qui permet d’identifier les objectifs, les stratégies et les interventions, et de mesurer les résultats et les avancées des actions. 


     

    Beck, S. (2020). Je bois donc je suis : pratiques réflexives en recherche et intervention sociale autour des usages d’alcool et du sans-abrisme. Sciences & Actions Sociales, 13(1), 199-217.
    Lien vers l'article

    Cet article met en évidence les enjeux sociologiques et les difficultés rencontrées par les travailleurs et intervenants sociaux dans les refuges de type “wet-shelter”. L’auteur montre comment l’interrogation des représentations sociales liées à l’alcool à partir d’une approche globale de l'existence de la personne a permis à certains acteurs de la santé et de la solidarité de modifier leur regard sur l’alcool ; en considérant que l’usage d’alcool n’est pas nécessairement un problème, mais une solution pour la personne en situation d’itinérance. Ce nouveau regard a ouvert la porte à de meilleures pratiques novatrices décalées des approches traditionnelles médicales et psychologiques et trop souvent hygiénistes et normatives.


     

    Burns, V., Grenier, A., Lavoie, J. P., Rothwell, D., & Sussman, T. (2012). Les personnes âgées itinérantes—invisibles et exclues. Une analyse de trois stratégies pour contrer l’itinérance. Frontières, 25(1), 31-56.
    Lien vers l'article

    Le nombre de personnes âgées en situation d’itinérance croît au fil des années. Ces personnes sont souvent exclues des services gérontologiques en raison de leur consommation d’alcool ou de leurs problèmes de comportement. Cet article propose une réflexion et une critique des discours dominants et des modèles normatifs de services qui contribuent à l’exclusion des personnes âgées itinérantes. Il rappelle au passage que l’inclusion des personnes marginalisées n’est pas un enjeu personnel, mais collectif.


     

    Denoncourt, H., Desilets, M., Plante, M. C., Lapante, J., & Choquet, M. (2000). La pratique outreach auprès des personnes itinérantes souffrant de troubles mentaux graves et persistants: observations, réalités et contraintes. Santé mentale au Québec, 25(2), 179-194.
    Lien vers l'article

    Les personnes en situation d’itinérance (PESI) aux prises avec des troubles mentaux graves et persistants utilisent très peu les services disponibles pour les PESI. La pratique outreach consiste à rejoindre la clientèle où elle se trouve et à l’aider à satisfaire ses besoins. À Montréal, la pratique outreach fait partie du panier de services de L’équipe itinérance dont le mandat est de favoriser l’accessibilité des PESI aux soins et services sociaux. Ce document présente les réalités et contraintes rencontrées sur le terrain par L'équipe itinérance lors de la pratique outreach auprès des PESI souffrant de troubles mentaux graves et persistants. Elle décrit cette clientèle et émet des suggestions.


     

    Gagné, J., Poirier, M., & Baret, C. (2016). Itinérance et personnes âgées: revue de littérature et observations d’intervenants du centre-ville de Montréal. Développement humain, handicap et changement social, 22(1).
    Lien vers l'article

    Entre 2013 et 2014, un travail exploratoire en vue de l’élaboration d’un programme de recherche sur le phénomène grandissant des personnes âgées qui vivent en situation d’itinérance au Québec a été mené. Cet article rend compte de ce travail et présente au passage le portrait des personnes âgées en situation d’itinérance. Il nomme également les besoins particuliers de services et les défis d’accès auxquels ces personnes font face.


     

    Bellot, C., & Sylvestre, M. È. (2017). La judiciarisation de l’itinérance à Montréal: les dérives sécuritaires de la gestion pénale de la pauvreté. Revue générale de droit, 47, 11-44.
    Lien vers l'article

    Les personnes en situation d'itinérance (PESI) font l'objet d’une judiciarisation accrue. La très grande majorité des constats d’infraction délivrés aux PESI à Montréal concerne la consommation d’alcool dans l’espace public ou l’ébriété publique. Cet article présente l’ampleur de la judiciarisation des PESI à Montréal. Il souligne les enjeux de cette judiciarisation et décrit ses effets négatifs tant sur les PESI que sur le système pénal. 


     

    Roy, L., Leclair, M., Côté, M., & Crocker, A. (2020). Itinérance, santé mentale, justice: expérience et perceptions des utilisateurs de services à Montréal. Criminologie, 53(2), 359-383.
    Lien vers l'article

    Cet article tente de rendre compte de l’activité répressive du système de justice pénal sur l’itinérance à Montréal. Il décrit les expériences judiciaires des personnes en situation d’itinérance aux prises avec un trouble de santé mentale. Il analyse les perceptions de ces personnes vis-à-vis des interventions policières et des pratiques dans le système judiciaire. 


     

    MacDonald, S. A., & Gaulin, D. (2020). The invisibility of rural homelessness in a canadian context. Journal of Social Distress and Homelessness, 29(2), 169-183.
    Lien vers l'article

    L’itinérance rurale est une forme invisible de la pauvreté rurale. Cet article met en lumière ce phénomène émergent à partir d’une étude menée en Montérégie, un milieu rural de la province du Québec. Le manque de reconnaissance symbolique et matérielle des expériences des personnes en situation d’itinérance renforce leur invisibilité et entrave leur capacité à exprimer les défis auxquels elles sont confrontées. Ce phénomène limite par ricochet le développement d’actions politiques adaptées et efficaces. À la fin de cet article, les auteurs émettent des recommandations, et proposent des stratégies et actions pour prévenir et réduire l'itinérance rurale.

3. Facteurs associés et conséquences de la double problématique itinérance et dépendances

  • Arum, C., Fraser, H., Artenie, A. A., Bivegete, S., Trickey, A., Alary, M., Astemborski, J., Iversen, J., Lim, A. G., MacGregor, L., Morris, M., Ong, J. J., Platt, L., Sack-Davis, R., van Santen, D. K., Solomon, S. S., Sypsa, V., Valencia, J., Van Den Boom, W., Walker, J. G., Ward, Z., Stone, J., Vickerman, P., Homelessness, HIV, and HCV Review Collaborative Group (2021). Homelessness, unstable housing, and risk of hiv and hepatitis C virus acquisition among people who inject drugs: a systematic review and meta-analysis.  The lancet. Public Health, 6, e309-e323. 
    Lien vers l'article

    Cette revue systématique avec méta-analyse publiée dans The Lancet montre que l'itinérance ou l’instabilité résidentielle est associée à un risque accru de contracter le VIH ou le VHC chez les personnes utilisatrices de drogues par injection.


     

    de Espindola, M. I., Bedendo, A., da Silva, E. A., Noto, A. R. (2020). Interpersonal relationships and drug use over time among homeless people: a qualitative study. BMC Public Health, 20, 1746.
    Lien vers l'article 

    Cette étude examine les relations interpersonnelles tout au long du cycle de vie des personnes en situation d’itinérance qui font usage d'alcool et d'autres drogues. Ces relations interpersonnelles liées aux dimensions économiques, culturelles et politiques de l'exclusion sociale semblent imprégnées de ruptures successives, de conflits et d'autres événements qui commencent dans l'enfance et peuvent avoir un effet cumulatif dans les étapes ultérieures de la vie à l’âge adulte.


     

    Sharman, S., Dreyer, J., Clark, L., & Bowden-Jones, H. (2016). Down and out in London: addictive behaviors in homelessness. Journal of behavioral addictions, 5(2), 318-324.
    Lien vers l'article

    Chez les personnes en situation d'itinérance, la prévalence des troubles et problèmes de jeux est plus élevée que la prévalence observée dans la population générale. Si les problèmes de jeu sont l’une des causes de l’itinérance auprès de certaines personnes concernées, pour d’autres, ils en seraient les conséquences. Cet article dresse un portrait des problématiques de jeu auprès des personnes en situation d’itinérance dans la ville de Londres. Il mentionne au passage que l’offre de services en matière de sensibilisation ou de gestion de la consommation des jeux reste faible comparativement aux soutiens disponibles pour les troubles d’utilisation de substances.


     

    Gaddis, A., Lake, S., Tupper, K., Nosova, E., Blommaert, K., Wood, E., DeBeck, K. (2018). Regular MDMA use is associated with decreased risk of drug injection among street-involved youth who use illicit drugs.  Drug & Alcohol Dependence, 192, 112-117. 
    Lien vers l'article

    D’après cette étude prospective menée auprès des jeunes de la rue à Vancouver, contrairement à l'usage de la plupart d’autres drogues non injectables, l'usage illicite de MDMA ne semble pas promouvoir l'usage de drogues injectables. Elle serait plutôt associée à une probabilité réduite d'usage de drogues injectables auprès des jeunes de la rue faisant usage drogues illicites. 


     

    Dufour, M., Roy, É., & Boudreau, J. F. (2014). Correlates of at-risk gambling behaviors of homeless youth. Journal of addiction research & therapy, 1-8.
    Lien vers l'article

    Cette étude exploratoire effectuée à Montréal estime qu’environ 12,6 % de jeunes personnes en situation d’itinérance présentent des comportements de jeu de hasard et d’argent (JHA) à risque. Ces derniers ont trois fois plus de risque d’avoir un diagnostic de trouble de santé mentale et deux fois plus de risque de rapporter des activités criminelles comme leur principale source de revenus comparativement à leurs compères qui n’ont pas de comportement de JHA à risque. 


     

    Bozinoff, N., Luo, L., Dong, H., Krusi, A., DeBeck, K. (2019). Street-involved youth engaged in sex work at increased risk of syringe sharing.  AIDS Care, 31, 69-76. 

    Cette étude de cohorte auprès des jeunes de la rue qui font usage de drogues injectables examine si ceux qui sont engagés dans le travail du sexe courent un risque accru d'emprunter ou de prêter des seringues. 

    Disponible uniquement sur demande au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.


     

    Goldman-Hasbun, J., Nosova, E., Kerr, T., Wood, E., DeBeck, K. (2019). Homelessness and incarceration associated with relapse into stimulant and opioid use among youth who are street-involved in Vancouver, Canada.  Drug & Alcohol Review, 38, 428-434. 
    Lien vers l'article

    Cette étude de cohorte de jeunes de la rue présente la prévalence et les corrélats de la rechute après une période d'abstinence de l’usage illégal de stimulants et d'opioïdes. Les auteurs soulignent au passage l'inadéquation du système de justice pénale comme stratégie de dissuasion de l'usage des substances.


     

    Patrick, C. (2015). L’itinérance autochtone au Canada. Revue de la littérature. Toronto : The Homeless Hub Press.
    Lien vers le document

    Cette étude présente une revue exhaustive de la littérature sur le sujet de l’itinérance auprès des personnes autochtones au Canada. Elle présente une définition de l’itinérance autochtone et ses causes. Elle présente également un portrait des expériences de l’itinérance vécues par les personnes autochtones et les solutions et mesures préventives qui leurs sont proposées.


     

    Upshur, C. C., Jenkins, D., Weinreb, L., Gelberg, L., & Orvek, E. A. (2017). Prevalence and predictors of substance use disorders among homeless women seeking primary care: An 11 site survey. The American journal on addictions, 26(7), 680-688.
    Lien vers l'article

    Comparativement à la population générale de femmes, la prévalence de troubles d’utilisation des substances (TUS) est plus élevée chez les femmes en situation d’itinérance. Ces dernières présentent des taux quatre fois plus élevés de troubles liés à l’usage d’alcool et 12 fois plus élevés de troubles liés à l’usage de drogues. Cet article présente les prévalences et les facteurs de risques associés aux TUS chez les femmes en situation d’itinérance.


     

    Hwang, S. W., Wilkins, E., Chambers, C., Estrabillo, E., Berends, J., & MacDonald, A. (2011). Chronic pain among homeless persons: characteristics, treatment, and barriers to management. BMC Family Practice, 12(1), 1-9.
    Lien vers l'article

    Les personnes en situation d’itinérance (PESI) sont souvent aux prises avec des douleurs chroniques. Pour plusieurs de ces personnes, l’usage des substances psychoactives est un moyen de faire face aux douleurs chroniques et l’accès aux traitements de gestion de la douleur dispensés par les professionnels de la santé est un réel défi. Cette étude réalisée dans la ville de Toronto dresse un portrait des PESI aux prises avec des douleurs chroniques. Elle décrit les traitements de la douleur chronique, les obstacles à la gestion de la douleur, les troubles médicaux concomitants et la consommation de substances chez ces personnes. 


     

    Gentil, L., Grenier, G., Bamvita, J. M., Dorvil, H., & Fleury, M. J. (2019). Profiles of quality of life in a homeless population. Frontiers in psychiatry, 10, 10.
    Lien vers l'article

    Cette étude a permis de dresser les profils de la qualité de vie chez les personnes en situation d’itinérance (PESI). Les analyses de cluster ont été effectuées sur des données recueillies auprès des PESI recrutées dans des organismes communautaires et publics du Québec. Ces analyses mettent en exergue des problèmes de santé complexes et une relative moins bonne qualité de vie chez les PESI aux prises avec des troubles d’utilisation de substance.


     

    Schutz, C., Choi, F., Jae Song, M., Wesarg, C., Li, K., Krausz, M. (2019). Living with dual diagnosis and homelessness: marginalized within a marginalized group. Journal of Dual Diagnosis, 15, 88-94.
    Lien vers l'article

    Cette étude transversale a permis d’estimer la prévalence des doubles diagnostics de dépendance et santé mentale parmi les populations en situation d'itinérance (PESI)en Colombie-Britannique, de comprendre leurs caractéristiques et d’identifier les facteurs spécifiques associés à ces comorbidités. Les auteurs soulignent la complexité des besoins chez les PESI aux prises avec des comorbidités et les difficultés d’accès aux services de base tels que les refuges et les services de santé.
     

4. Interventions, services en itinérance et dépendances

  • Beaudoin, I. (2014). Efficacité de l'approche "logement d'abord" pour les personnes en situation d'itinérance vivant avec des troubles mentaux ou des troubles liés aux substances psychoactives: revue systématique. INESSS.
    Lien vers le document

    Ce document présente les résultats d’une revue systématique sur l’efficacité de l’approche « logement d’abord ». Comparativement aux services usuels, l'approche « logement d’abord » proposée aux personnes en situation d’itinérance aux prises avec des comorbidités de troubles liés aux substances ou de santé mentale permet à ces dernières de passer plus de temps dans un logement. Cette approche présenterait également des effets positifs sur l’utilisation des services, la diminution de la criminalité, la participation à la vie communautaire et la qualité de vie.


     

    Alunni-Menichini, K., Bertrand, K., Roy, L., & Brousselle, A. (2020). Current emergency response in montreal: How does it fit in the services offered to homeless people who use substances?. International Journal of Drug Policy, 82, 102758.
    Lien vers l'article

    Cette étude présente un bilan de l’utilisation des services d'urgence auprès des personnes en situation d’itinérance (PESI) qui consomment des substances à Montréal. Malgré le fait que dans certains contextes, il y a un consensus entre les parties prenantes sur la pertinence des services d’urgence pour des PESI qui consomment des substances, il n’en demeure pas moins que la stigmatisation par le personnel offrant ces services persiste. De plus, la disponibilité insuffisante des services constitue la barrière la plus importante dans la trajectoire d’utilisation des services chez les PESI qui consomment des substances. Les résultats de cette étude sont vulgarisés sous forme de webinaire accessible ici.


     

    Alessandrini, G., Ciccarelli, R., Battagliese, G., Cereatti, F., Gencarelli, S., Messina, M. P., ... & Attilia, M. L. (2018). Treatment of alcohol dependence. Alcohol and homelessness: social point of view. Rivist di psichiatria, 53(3), 107-112.
    Lien vers l'article

    Chez les personnes en situation d’itinérance, la dépendance à l’alcool n’est pas souvent la cause de leur statut social, mais bien une conséquence d’inconforts contribuant à leur dégradation bio-psycho-sociale. Dans cet article, l’“Assertive Community Treatment” qui est une forme d’intervention intégrée impliquant une équipe multidisciplinaire y est décrite comme une des meilleures offres de service pour les personnes itinérantes aux prises avec des comorbidités de dépendances et santé mentale. 


     

    Flores-Aranda, J. et Toussaint, P. (2018). Revue systématique sur les modalités et les effets de services de type wet. Montréal Québec: CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal.
    Lien vers le document

    Les services de type wet sont un mode d’intervention fondé sur une approche de réduction des méfaits. Il s’agit d’offrir aux personnes en situation d’itinérance visible des services d’hébergement où la sobriété n’est pas une condition d’accès et où la consommation d’alcool peut être autorisée. Cette revue systématique décrit les modèles de services de type wet, présente leurs effets et soulève les enjeux d’une éventuelle implantation à Montréal.


     

    Pauly, B., Brown, M., Evans, J., Gray, E., Schiff, R., Ivsins, A., ... & Stockwell, T. (2019). “There is a Place”: impacts of managed alcohol programs for people experiencing severe alcohol dependence and homelessness. Harm reduction journal, 16(1), 1-14.
    Lien vers l'article

    Les programmes de gestion de l’usage de substances sont une modalité efficace d’offres de services en matière de réduction des méfaits auprès des personnes en situation d’itinérance. Ces programmes permettent de réduire la précarité et les problèmes d’usage de substances. Toutefois, ils demeurent très peu ou alors mal implantés en raison des appréhensions aussi bien des intervenants, des gestionnaires que des décideurs à l’égard des fondements de ces types de programmes comme le souligne cet article.


     

    Chesnay, C. (2016). Intervenir au moment de l’injection: le défi relevé par les SIS. Nouvelles pratiques sociales, 28(2), 13-26.
    Lien vers l'article

    L’utilisation des drogues par injection est prévalente auprès des personnes en situation d’itinérance et les services d’injection supervisée (SIS) permettent de réduire les méfaits associés à cette pratique. Ce document rapporte une entrevue sur les SIS avec une docteure médecin du secteur prévention et contrôle des maladies infectieuses de la Direction régionale de santé publique du Québec. La docteure interviewée décrit de façon concrète les services en réduction des méfaits proposés aux personnes qui utilisent des drogues par injection au Québec, particulièrement à Montréal. Elle dresse un portrait du chemin parcouru entre l’offre de services de travail de rue, d’intervention par les pairs, de la distribution de matériel et l’ouverture des SIS. 


     

    Grenier, G., Fleury, M. J., Imboua, A., & NGui, A. (2013). Portrait et dynamique des organismes desservant les personnes itinérantes ou à risque d’itinérance dans la région de Montréal. Santé mentale au Québec, 38(1), 119-141.
    Lien vers l'article

    Cet article présente un portrait des organismes qui desservent les personnes en situation d’itinérance ou à risque d’itinérance à Montréal. Il présente également une analyse des facteurs qui déterminent les relations inter-organisationnelles entre ces organismes. Les problématiques liées au jeu de hasard et d’argent constituent l’un de ces facteurs.
     

5. Guides de pratique

  • Andermann, A., Brcic, V., Twan, S. et Ponka, D. (2020). Soigner les patients ayant connu l’itinérance. Le Médecin de famille canadien, 66, e204-e212.  
    Lien vers l'article

    Ce guide de pratique est proposé aux médecins de famille pour la prise en charge des patients en situation d’itinérance. Il souligne l’importance d’une offre de soins et services qui tient compte non seulement des traumatismes, mais aussi des préférences et savoirs expérientiels du patient. Il préconise un travail de collaboration avec les infirmières, les gestionnaires de cas, les intervenants pivots, les équipes spécialisées, les travailleurs de soutien au logement et les organismes communautaires. Tout ceci pour des services intégrés, en continu et tenant compte des comorbidités multiples auxquelles sont confrontés les patients en situation d’itinérance.


     

    Goyer, M-E., Hudon, K. et al.. (2020). Guide québécois d’amélioration des pratiques sur la prise en charge du trouble lié à l’utilisation des opioïdes (TUO). Institut universitaire sur les dépendances, 96 p.
    Lien vers le guide

    Ce document présente dix propositions visant à améliorer les pratiques liées à la prise en charge des personnes qui font un usage d’opioïdes. Il met plus particulièrement en relief les pratiques liées à la gestion des troubles liés à l’utilisation des opioïdes au Québec.


     

    Hurtubise, R., Roy, L., Trudel, L., Rose, M-C. et Pearson, A.. (2020). Guide des bonnes pratiques en itinérance. Montréal : CREMIS, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.
    Lien vers le guide

    Ce guide de pratiques en itinérance présente les pratiques de base à adopter lors de l’intervention auprès des personnes en situation d’itinérance et les défis rencontrés durant l’intervention. Ce document présente également des informations complémentaires sur la réalité et les besoins de différents groupes de personnes concernées par les problématiques de l’itinérance. 


     

    Pottie, K., Kendall, C. E., Aubry, T., Magwood, O., Andermann, A., Salvalaggio, G., . . . Tugwell, P. (2020). Lignes directrices de pratique clinique pour les personnes sans-abri, logées précairement, ou ayant connu l’itinérance. Canadian Medical Association Journal, 192(41), E1225-E1241. 
    Lien vers le document

    Dans ce document, les lignes directrices de pratique clinique pour les personnes en situation d’itinérance sont émises. Elles ciblent les professionnels de la santé, les responsables des orientations politiques, les organisations communautaires ainsi que les praticiens et chercheurs en santé publique. Ces lignes directrices proposent des étapes prioritaires et des interventions efficaces initiales à entreprendre pour les personnes concernées par les problèmes d’itinérance. En plus de la mise en place des logements permanents comme priorité d’action, ces lignes directrices reconnaissent le rôle des traumatismes, de l’incapacité, de la maladie mentale et de la stigmatisation chez les personnes ayant vécu ou vivant une situation d’itinérance. Elles recommandent d’autres étapes prioritaires telles que le soutien au revenu, la gestion de cas intensive en présence de maladie mentale, et les interventions axées sur la réduction des méfaits et le traitement des dépendances ; y compris l’accès au traitement par agonistes opioïdes et aux sites de consommation supervisée.
     

6. Webinaires et dossiers web

  • Institut universitaire sur les dépendances. (2020). TDO6 – L’approvisionnement plus sécuritaire
    Lien vers le webinaire

    L’approvisionnement plus sécuritaire consiste à fournir, le plus souvent par le biais d’une prescription médicale, un approvisionnement légal et réglementé de médicaments psychotropes qui pourront être utilisés par les consommateurs en remplacement des drogues illicites.


     

    CREMIS. Dossier thématique sur l’accompagnement résidentiel de populations en situation d’itinérance.
    Lien vers le dossier 

    L’objectif de ce dossier est de nourrir un espace de réflexion collective autour des principes et pratiques en accompagnement résidentiel auprès des personnes en situation d’itinérance ou à risque de l’être, prenant appui sur les principaux constats du projet Stabilisation résidentielle avec accompagnement : développement d’une approche et de modalités de formation adaptées au contexte québécois (SRA-Québec). 


     

    CREMIS. Dossier thématique sur les outils pour repérer et prévenir l’instabilité résidentielle
    Lien vers le dossier

    Ce dossier web présente trois outils pour repérer et prévenir l’instabilité résidentielle.


     

    Gabet, M. et Alunni-Menichini, K. (2020). Webinaire sur les prédicteurs de l'utilisation de l'urgence chez des personnes actuellement ou anciennement itinérantes
    Lien vers le webinaire

    L’engorgement des services de l’urgence peut être en partie expliqué par l’inadéquation des services envers les populations vulnérables. Cet atelier interactif présentera les résultats d’une étude sur les facteurs associés à l’utilisation des services de l'urgence, notamment la présence d’un trouble lié à l’usage de substances (TUS) et la précarité résidentielle, parmi 270 personnes ayant déjà été ou vivant actuellement en situation d'itinérance. Les prédicteurs ont été identifiés selon le modèle comportemental de Gelberg-Andersen. Des pistes d’amélioration dans les services afin de mieux gérer la détection et le suivi des TUS, des troubles de santé physique ainsi que diminuer la stigmatisation à l’égard de ces populations vulnérables seront discutées. Ces mesures permettraient de réduire l’utilisation des services de l’urgence et assurer une redirection vers des services mieux adaptés.

7. Sites de référence en itinérance et dépendance

  • Équipe de soutien clinique et organisationnel en dépendance et itinérance

    L’Équipe offre un service pour répondre aux questions d’ordre clinique et organisationnel en lien avec les services en dépendance et en itinérance pour l’ensemble des professionnels du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. L’Équipe apporte de l’aide directe aux professionnels ou assure la liaison avec des experts lorsque requis. Elle produit des activités de transfert de connaissances et des espaces de concertation. En recueillant des données probantes, elle développe des outils et rassemble une panoplie d’informations sur son site web.


     

    Le Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS)

    Les recherches menées au CREMIS portent un regard critique sur les inégalités sociales reconnues comme étant parmi les principaux déterminants de la santé et du bien-être. Ces recherches s’intéressent centralement sur les rapports sociaux – notamment au regard du genre, de la classe sociale, de la capacité, de la race et de l’ethnicité, de l’âge et/ou de l’orientation sexuelle – qui jalonnent les parcours de vie et produisent ces inégalités. En plus de documenter les dynamiques sociales inégalitaires, une des  finalités de la recherche effectuée au CREMIS est la formulation, l’expérimentation et l’évaluation de pratiques alternatives visant la réduction des inégalités sociales, l’amélioration du bien-être et la réappropriation du pouvoir d’agir des populations.


     

    CRISM

    Le CRISM (Initiative Canadienne de recherche en abus de substances – Canadian Research Initiative in Substance Misuse) constitue un réseau de recherche dans le domaine des troubles liés à la consommation de substances psychoactives au Canada. Les chercheurs et membres du CRISM travaillent ensemble pour générer les connaissances nécessaires à l’amélioration des modèles de traitement clinique, d’intervention et de réduction des méfaits.


     

    Homeless Hub

    L'Observatoire canadien sur l'itinérance est le plus grand institut de recherche national consacré à l'itinérance au Canada. Le Canadian Observatory on Homelessness (COH) est le conservateur du Homeless Hub – une bibliothèque de plus de  30 000 ressources.

Recherche documentaire : Ervane Kamgang et Karine Bélanger
Rédaction : Ervane Kamgang
Coordination : Geneviève Fortin