Passer au contenu principal

Femmes, utilisation de substances psychoactives et dépendances

Les profils et les pratiques des femmes qui utilisent des substances psychoactives (SPA) sont insuffisamment étudiés, notamment en raison d’une faible visibilité des femmes dans les organisations et les services spécialisés en dépendance. Si l’influence du genre sur les dépendances est encore peu documentée, les programmes et services dans ce domaine qui sont déployés et évalués ne sont pas toujours bien adaptés aux enjeux de genre, ce qui contribue à maintenir certaines iniquités, voire à les accentuer. De plus, les intersections entre le genre et le cumul d’autres identités stigmatisées, en lien, par exemple, avec l’orientation sexuelle ou l’origine socioculturelle, sont rarement prises en compte dans les travaux sur les dépendances menés auprès des femmes.  Lire +

Ce dossier vise à répertorier des sources fiables et, pour la plupart, accessibles gratuitement afin de promouvoir le savoir sur le thème « Femmes, utilisation de substances psychoactives et dépendance ». Notons que, dans le cadre de cette recension, nous abordons le genre féminin et la population féminine au sens large dans le but d’inclure toute personne qui s’identifie comme femme, peu importe le sexe désigné à la naissance.

Afin de simplifier la lecture et la recherche d’information, les articles, outils et autres documents ont été classés par catégories qui sont présentées ci-dessous. 

Si vous ne parvenez pas à accéder à un document, vous pouvez communiquer avec la Bibliothèque québécoise sur les dépendances (BQD).

L’Institut universitaire sur les dépendances tient à remercier Karine Bertrand, directrice scientifique de l’IUD et titulaire de la Chaire des IRSC sur le genre et l’intervention en dépendance, et l’équipe de la GID pour leur contribution à l’élaboration et à la révision de ce dossier thématique.

1. Concepts : sexe, genre et intersectionnalité

  • Instituts de recherche en santé du Canada (2023). Qu'est-ce que le genre? Qu’est-ce que le sexe?
    Lien vers le site web

    Définitions de base des termes « sexe » et « genre », illustrées également par un support visuel sous forme d’infographie. Il est important de distinguer ces deux termes qui sont souvent utilisés de manière interchangeable même si leur sens est différent. 

  • Collins, P. H. (1990). Black feminist thought in the matrix of domination. Dans Collins, P. H., Black feminist thought: Knowledge, consciousness, and the politics of empowerment. Boston : Unwin Hyman, p. 221– 238.
    Lien vers l'essai

    Essai fondateur en ce qui concerne le concept d’intersectionnalité. À travers des récits d’oppression et de militantisme, la sociologue Patricia Hills Collins donne accès au savoir expérientiel des femmes afro-américaines. À travers sa réflexion, basée sur la justice sociale et le féminisme inclusif, l’autrice illustre la multiplicité d’identités oppressées et enchevêtrées, soit par l’âge, le genre, l’orientation sexuelle, l’appartenance ethnique ou culturelle, la classe sociale ou la religion. Elle nous présente également les forces et les capacités des femmes afro-américaines, démontrées par leur résistance et leur transcendance d’une matrice de domination omniprésente dans la société américaine à travers les luttes passées, présentes et à venir. 

    Note : Bien que cet essai ne porte pas spécifiquement sur les dépendances, celui-ci permet de bien comprendre les origines et le sens du concept d’intersectionnalité, qui est aujourd’hui mobilisé dans diverses études documentant l’influence du genre sur les dépendances et plus largement dans le cadre de travaux s’intéressant à la santé des femmes et à l’équité en matière de santé.

  • Corbeil, C. & Marchand, I. (2006). Penser l’intervention féministe à l’aune de l’approche intersectionnelle : défis et enjeux. Nouvelles pratiques sociales, 19(1), 40–57.
    Lien vers l'article

    Cet article met en perspective l’approche intersectionnelle, qui permet d’identifier, de comprendre et de prendre en compte les oppressions vécues par la personne en ce qui concerne ses multiples identités, soit son identité de genre, son orientation sexuelle et/ou son appartenance ethnique et culturelle. Il présente ensuite l’apport de cette approche à la pratique d’intervention féministe auprès des femmes victimes de violence ainsi que les principaux enjeux et défis quant à son utilisation en contexte d’intervention. Quelques pistes d’interventions sont élaborées autour de divers thèmes, notamment : établir un rapport égalitaire ; prendre conscience de ses préjugés, reconnaître la pluralité des identités, redonner le pouvoir aux femmes, partir de l’expérience des femmes pour mieux la reconnaître et la valoriser.

  • Pederson, A., Greaves, L., & Poole, N. (2014). Gender-transformative health promotion for women: a framework for action. Health Promotion International, 30(1), 140-150. 
    Lien vers l'article

    Cet article présente un cadre conceptuel pour la promotion de la santé selon une approche transformatrice du genre qui s’appuie sur la compréhension du genre en tant que déterminant de la santé et qui décrit un continuum d’actions pour aborder le genre et la santé. L’article souligne l’importance de tenir compte du genre dans l’élaboration et l’utilisation des données probantes, la participation des intervenant.es et la sélection des meilleures pratiques d’intervention sensible au genre. L’acceptabilité, la pertinence et l’efficacité des interventions de promotion de la santé seraient ainsi améliorées. Des exemples tirés d’un éventail d’activités de promotion de la santé des femmes permettent d’illustrer de manière opérationnelle ce cadre conceptuel. 

2. Femmes et utilisation de SPA

  • Barrault, M. (2013). Spécificités des problèmes d'utilisation de substances chez les femmes. Psychotropes, 19 (3), 9-34.
    Lien vers l'article

    Cet article explore les tendances générales liées à la consommation de SPA chez les femmes, la prévalence de cette consommation et des troubles concomitants ainsi que les facteurs de risque de dépendance. L’article souligne que les femmes sont davantage confrontées à la stigmatisation par rapport aux hommes concernant leurs problèmes de consommation, créant ainsi des barrières en matière d’accès et de recours au traitement en dépendance.

  • Beck, F., Obradovic, I., Palle, C., Brisacier, A.-C., Cadet-Taïrou, A., Díaz-Gómez, C., . . . Spilka, S. (2017). Usages de drogues et conséquences : quelles spécificités féminines ? Tendances : le point sur la recherche en cours, 117, 1-8.
    Lien vers l'article

    Cet article publié par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) fait la synthèse des données probantes et des approches diverses sur la question des liens entre genre et dépendance dans le contexte français, afin de mettre en lumière des stratégies spécifiques et des meilleures pratiques de prévention et de prise en charge des femmes ayant des troubles liés à la consommation de SPA. 

  • Bertrand, K., & Nadeau, L. (2007). Trajectoires de femmes toxicomanes en traitement ayant un vécu de prostitution : étude exploratoire. Drogues, santé et société, 5(2), 79-109.
    Lien vers l'article

    Résultats d’une étude portant sur le vécu et le point de vue de femmes, à partir de leurs récits de vie, quant à leurs trajectoires de dépendances et de travail du sexe. L’article explore les interrelations entre ces deux trajectoires et les implications pour les démarches de réadaptation. La mise de l’avant des voix des femmes permet de dégager notamment des constats quant à leur vécu sur le plan de la maternité et de recours aux services.

  • CEWH. (2022). Consommation de méthamphétamine et approches tenant compte du sexe et du genre : Amorce de conversation sur la consommation de substances. Vancouver : Centre of Excellence for Women’s Health, 4 p.
    Lien vers le document

    Cette fiche d’information présente les facteurs liés au sexe et au genre qui influencent la consommation de méthamphétamine. Elle souligne l’importance de tenir compte des influences du sexe et du genre lors de la conception de programmes de traitement qui doivent être adaptés aux expériences et aux vulnérabilités uniques des femmes, des hommes et des personnes de genres divers.

  • Éduc’alcool (2022). L’alcool et les femmes. 3e édition. Collection Alcool et santé.
    Lien vers le document

    Révisé par Louise Nadeau, professeure émérite au département de psychologie de l’Université de Montréal, ce document présente les données populationnelles du Québec en ce qui concerne la consommation d’alcool chez les femmes. Il examine par la suite les spécificités de la consommation d’alcool chez les femmes, en particulier les occasions de consommation d’alcool liées aux rôles de genre et au contexte, ainsi que l’importance des facteurs environnementaux. Les conséquences de la consommation d’alcool sur la santé et le bien-être des femmes sont également abordées.  

  • Fédération Addiction. (2016).  Femmes et addictions : Accompagnement en CSAPA et CAARUD. Collection Repère(s).  
    Lien vers le guide

    Ce guide d’accompagnement auprès des services en dépendance en France présente 15 fiches pratiques, 6 entrevues et des expériences sur le terrain qui ont servi à bâtir une approche basée sur la sororité et la pair-aidance qui se traduit par un accompagnement des femmes par les femmes. Une entrevue avec Louise Nadeau (p. 88-89) offre une comparaison historique avec le contexte québécois et une réflexion sur les pistes d’amélioration à prioriser pour mieux répondre aux enjeux soulevés par la consommation de substances chez les femmes.

  • Jauffret-Roustide, M. (2011). Réduction des risques. Succès et limites du modèle à la française. Alcoologie et addictologie, 33 (2), 101-110.
    Lien vers l'article

    Cet article présente une analyse critique des succès et des limites du modèle français de la politique de réduction des risques à partir des résultats de l’enquête Coquelicot qui permettent de préciser la spécificité des trajectoires et des pratiques des femmes usagères de drogues. Il ressort ainsi que les trajectoires des femmes sont souvent chaotiques et scandées par des ruptures de vie dès l’enfance. Afin d’accroitre l’efficacité du modèle français, il est recommandé de prendre en compte le contexte de vie des individus et d’agir davantage sur la dimension structurelle du risque dans un objectif de réduction des inégalités sociales de santé et d’amélioration de la qualité de vie des femmes.

  • Perrin, S., Bertrand, K., Langlois, E. (2021). Avoiding the stigma. A qualitative study of socially included women's experiences of drug use and dealing, health services and the police in France. International Journal of Drug Policy, 87, January 2021, 102850. 
    Lien vers l'article

    Résultats d’une étude qualitative auprès de femmes socialement insérées qui utilisent ou qui font la vente de substances psychoactives. La recherche permet de décrire les enjeux de stigmatisation chez des femmes qui ne fréquentent pas des services en réduction des méfaits ou en dépendance et pour lesquelles ces services ne sont pas adaptés. Il en résulte un processus d’invisibilisation dans les systèmes de santé et d’application de la loi, soulignant le besoin de revoir les politiques sur les drogues afin de mieux répondre aux besoins de cette population.

3. L’intervention en dépendance auprès des femmes

  • Bouvet de la Maisonneuve, F., Taschini, E. & Messen, R. (2017). 15. Femmes et alcool : actualités cliniques et prise en charge spécifique. Dans : Xavier Laqueille éd., Pratiques cliniques en addictologie (pp. 134-144). Cachan: Lavoisier.

    Ce chapitre explore l’enjeu de santé publique que représente l’alcoolisme chez les femmes ainsi que des pratiques d’intervention clinique adaptées, en particulier une modalité de consultation « femmes et alcool » utilisée au centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Une vignette clinique est illustrée comme exemple de prise en charge multidisciplinaire.

    Disponible uniquement sur demande à la Bibliothèque québécoise sur les dépendances (BQD).

  • Substance Abuse and Mental Health Services Administration. (2009). Substance Abuse Treatment: Addressing the Specific Needs of Women. Treatment Improvement Protocol (TIP) Series, No. 51. HHS Publication No. (SMA) 13-4426. Rockville, MD : SAMHSA.
    Lien vers le guide

    Ce guide est un outil d’accompagnement destiné aux organismes qui offrent des traitements spécifiques aux femmes ayant des troubles liés à la consommation de SPA. Bien que spécifiques à un public états-unien, plusieurs contenus peuvent être applicables à d’autres contextes et régions. Ce document passe en revue les principales recherches et connaissances disponibles en ce qui trait au genre, les meilleures pratiques adaptées au genre, ainsi que les principaux enjeux soulevés par les traitements spécifiques aux femmes et les stratégies à mettre en place pour y répondre. 

  • Covington, S. (2008). Women and Addiction: A Trauma-Informed Approach. Journal of Psychoactive Drugs, 40:sup5, 377-385.  
    Lien vers l'article

    Cet article prend comme point de départ le constat que le traitement des dépendances après des femmes risque d'être inefficace si leurs réalités vécues et notamment les expériences de violence et d’autres types de traumatisme ne sont pas tenues en compte. Une définition et des principes pour des services adaptés au genre qui tiennent compte des traumatismes (« trauma-informed ») sont ensuite présentés, ainsi qu’un modèle de traitement intégré permettant de répondre aux besoins spécifiques des femmes.

  • Gilbert, S., Emard, A. M., Lavoie, D., & Lussier, V. (2017). Une intervention novatrice auprès des femmes en état d’itinérance : l’approche relationnelle de La rue des Femmes. Montréal : Groupe de recherche sur l’inscription sociale et identitaire des jeunes adultes, 204 p.
    Lien vers le rapport

    Rapport de recherche décrivant l’approche d’intervention spécifique de l’organisme communautaire montréalais « La rue des femmes », sa spécificité ainsi que ses facteurs agissants et limites. Cette approche est basée sur le développement et le maintien du lien social auprès des femmes en situation d’itinérance et aux prises avec de multiples problématiques (pauvreté, santé mentale, consommation, etc.), à partir d’un cadre axé sur la dignité qui permet de prendre en compte le vécu des femmes et de les considérer dans leur entièreté et au sein d’une trajectoire.

  • Morvannou, A., Bertrand, K. (2023). Prévenir les dépendances chez les jeunes : interventions précoces tenant compte du genre. Les substances et nous. Psychologie Québec.
    Lien vers l’article

    À partir des résultats de plusieurs revues systématiques et des consultations d’expert.e.s, cet article présente des stratégies à recommander pour repérer et répondre à la consommation à risque ou problématique d’alcool, de cannabis ou d’autres substances psychoactives chez les jeunes. Plus particulièrement, les besoins spécifiques des adolescentes et des jeunes femmes qui consomment des SPA sont identifiés, tout comme les interventions précoces qui se sont montrées efficaces auprès de cette population.

  • Nathoo, T., Poole, N. and Schmidt, R. (2018). La pratique tenant compte des traumatismes et la crise des opioïdes : Guide de discussion à l’intention des prestataires de soins de santé et de services sociaux. Vancouver (C.-B.) : Centre d’excellence pour la santé des femmes, 60p.
    Lien vers le guide 

    Ce guide présente des principes et des exemples de pratiques d’intervention tenant compte des traumatismes dans le contexte de la lutte contre la crise d’opioïdes. Il explore de quelle façon les traumatismes peuvent être des facteurs déterminants dans les trajectoires de consommation, notamment chez les femmes, ainsi que les stratégies pour y répondre.  Des questions de discussion permettent de favoriser les échanges et la réflexion par les prestataires de services et les organisations afin de les accompagner dans l’implantation de changements concrets dans les pratiques en intervention en dépendance en particulier auprès des femmes.

  • Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. (2005). Traitement et suivi des femmes pour abus de substances : études de cas et enseignements. Vienne (Autriche) : ONUDC, 124 p.
    Lien vers le document
    Lien vers la synthèse des faits saillants (4 pages) 

    Compilation d’études de cas et d’exemples des services de traitement et de soins en dépendance spécifiquement conçus pour les femmes dans différentes régions du monde. Les spécificités quant à l’utilisation de substances chez les femmes, les barrières d’accès aux services ainsi que les facteurs à prendre en compte dans l’élaboration de services sont également abordés. 

  • Wolfson, L., Stinson, J., & Poole, N. (2020). Gender Informed or Gender Ignored? Opportunities for Gender Transformative Approaches in Brief Alcohol Interventions on College Campuses. International Journal of Environmental Research and Public Health, 17(2), 396. 
    Lien vers l'article 

    À partir d’une synthèse des données probantes en lien avec la prise en compte du genre dans les interventions brèves en matière d'alcool sur les campus universitaires, cette revue de portée présente des stratégies transformatrices du genre qui permettraient d’augmenter l’efficacité de ces interventions et de promouvoir l’égalité de genre.

  • Bertrand, K., Nadeau, L. et Flores Aranda, J. (2012). Femmes, toxicomanie et inadaptation sociale grave : l’intégration des services au long cours. Dans C. Patenaude, S. Brochu et M. Landry (dir.), L’intégration des services en toxicomanie. Québec : Presses de l’Université Laval.

    Résultats d’une étude permettant de décrire les trajectoires de services des femmes aux prises avec des problèmes graves d’inadaptation afin de dégager selon leurs perspectives les aspects de leurs parcours de soins ayant contribué aux succès de leur processus de réadaptation ainsi que les obstacles rencontrés au cours de l’utilisation des services. Les conclusions de cette étude soutiennent la nécessité d’offrir des services intégrés à long terme plutôt que d’adopter une approche intensive à court terme. L’alliance thérapeutique est une dimension centrale à considérer pour favoriser ce parcours intégré de services.  

    Disponible uniquement sur demande à la Bibliothèque québécoise sur les dépendances (BQD).

4. Outils de réflexivité – comment adapter la pratique au genre

  • Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances. (2019). Analyse tenant compte du sexe, du genre et de l’équité (rapport). Ottawa : CCDUS, 7 p. 
    Lien vers le document

    Ce document présente un cadre en 5 étapes pour la réalisation d’une analyse tenant compte du sexe, du genre et de la diversité plus (« ACSG+ ») par différents acteurs-clés dans le domaine des dépendances (milieux de recherche et de courtage des savoirs; responsables des politiques, de financement et de la planification de programmes). L’ACSG+ se veut un processus itératif pour tenir compte non seulement l’influence du sexe et du genre sur l’usage de substances et sur les questions d’équité, mais également d’autres facteurs croisés comme l’âge, la capacité, la culture et le revenu. Ce type d’analyse permettra d’augmenter l’utilité des données recueillies dans le cadre de recherches et de rehausser l’adaptation des interventions et des politiques s’adressant aux besoins de divers groupes.

  • Beckmann, D., Lowman, K. L., Nargiso, J., McKowen, J., Watt, L., & Yule, A. M. (2020). Substance-induced psychosis in youth. Child and Adolescent Psychiatric Clinics, 29(1), 131-143.
    Lien vers l’article

    Après la présentation du scénario d’un jeune garçon de 16 ans conduit aux urgences par ses parents en raison de comportements étranges, cet article passe en revue les connaissances scientifiques sur la psychose induite par une substance (PIS), y compris sa définition, son épidémiologie, ses causes, son traitement et son pronostic. Le meilleur moyen de prendre en charge les cas de PIS est l’adoption d’une approche globale et intégrée. Cette approche devrait idéalement inclure une pharmacothérapie, une thérapie psychosociale et un engagement familial y compris d’autres connexions sociales importantes; et traiter de manière simultanée les troubles de psychoses et les troubles d’utilisation de substances.

  • Covington, S. & Bloom, B. (2017a). Gender-Responsive Program Assessment (GRPA) Tool (Community Version). La Jolla, California : Center for Gender & Justice, Institute for Relational Development / Petaluma, California, Center for Gender & Justice, Sonoma State University, 8 p. 
    Lien vers le document

    Ce questionnaire de l’évaluation des programmes tenant compte du genre (GRPA) est un instrument qui permet d’évaluer l’adaptation au genre des programmes destinés aux femmes et aux filles, et d’obtenir une rétroaction qui peut être utilisée pour améliorer la qualité des services. Le questionnaire est basé sur le principe directeur qu’être adapté au genre signifie de créer un environnement qui reflète une compréhension de la vie des femmes et des filles et qui répond à leurs forces et à leurs défis.

  • Wilson, L., Szigeti, A., Kearney, A., & Clarke, M. (2018). Clinical characteristics of primary psychotic disorders with concurrent substance abuse and substance-induced psychotic disorders: A systematic review. Schizophrenia Research, 197, 78-86.
    Lien vers l'article

    Différencier cliniquement les profils d’une comorbidité de troubles psychotiques primaires et troubles d’utilisation de substances (TPP+TUS) des profils d’un trouble psychotique induit par une substance (TPIS) n’est pas toujours évident. Cette revue systématique indique effectivement qu’il y a peu de différences psychopathologiques entre les TPP+TUS et les TPIS. Toutefois, par rapport aux personnes ayant des TPP+TUS, celles atteintes de TPIS ont des antécédents familiaux de trouble psychotique plus faibles, un plus grand degré de perspicacité, moins de symptômes positifs, moins de symptômes négatifs, plus de dépression (uniquement pour les troubles psychotiques induits par le cannabis) et plus d'anxiété.

  • Grella, C. (2008) From Generic to Gender-Responsive Treatment: Changes in Social Policies, Treatment Services, and Outcomes of Women in Substance Abuse Treatment. Journal of Psychoactive Drugs, 40(sup5), p. 327-343. 
    Lien vers l’article

    À partir d’un aperçu historique de l’évolution des programmes et des politiques en dépendance depuis les années 1970s aux États-Unis menant à l’émergence de services de traitement spécialisés pour les femmes, cet article passe en revue les différences liées au genre en matière des troubles liés à l’utilisation de substances, du recours au traitement, des besoins et des résultats à long terme après le traitement. Il présente ensuite des pratiques en traitement fondées sur des données probantes qui ont été modifiées ou qui ont le potentiel d'être adaptées pour répondre aux besoins et aux réalités des femmes, ainsi qu’un exemple des caractéristiques organisationnelles des services de traitement qui ont été adaptés de façon multidimensionnelle au genre.

  • Greaves, L., Poole, N. , Brabete, A.C., Hemsing, N., Stinson, J & L. Wolfson. (2020). Integrating Sex and Gender Informed Evidence into Your Practices: Ten Key Questions on Sex, Gender & Substance Use. Vancouver C-B : Centre of Excellence for Women’s Health, 64 p.
    Lien vers le document

    Ce manuel propose dix questions pour favoriser la réflexion sur l’impact du sexe et du genre sur la consommation de SPA et sur les pistes de solution afin que les services soient adaptés aux spécificités reliées au genre des personnes utilisatrices de services. La prise en compte du sexe et du genre dans la compréhension de la consommation des substances psychoactives et dans les interventions permettra d’affiner les réponses aux besoins spécifiques des individus en adéquation avec la réalité des risques pour la santé et l’expérience de vie des groupes diversifiés de femmes, d’hommes et de personnes issues de la diversité de genre.    

  • ONU Femmes (2019b). Promouvoir l’égalité des sexes en matière de santé sexuelle, reproductive, maternelle, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent : Guide de programmation. New York NY : ONU Femmes, 116 p.
    Lien vers le guide

    Bien que centrés sur la promotion de l’égalité en matière de sexe et de genre dans le domaine de santé sexuelle et reproductive, le cadre conceptuel et les orientations de ce guide seraient généralement utiles pour comprendre le genre en tant que déterminant de la santé ainsi que la façon dont l’inégalité des normes, attitudes et pratiques liées au genre peut influencer les comportements des femmes en matière de santé et la jouissance de leurs droits. Destiné aux responsables politiques, prestataires de soins et organismes communautaires, le document comprend des outils d’évaluation pour réfléchir sur l’impact des inégalités de genre sur la santé (p. 76-77) et pour déterminer dans quelle mesure l’égalité est tenue en compte dans la conception et la mise en œuvre d’un programme (p. 78 – 81).

  • Université de Sherbrooke. (2022). Les biais inconscients. Feuillet. Sherbrooke QC, 5p.
    Lien vers le feuillet

    À l’aide d’exemples concrets, ce feuillet décrit les biais inconscients qui peuvent générer des comportements discriminatoires au sein de divers contextes sociaux et professionnels et propose des stratégies et bonnes pratiques afin d’en prendre conscience et de les diminuer. 

5. Capsules vidéo

  • Neicun J., Minoyan N., Udhesister S., Høj S., Larney s. et Boisvert I. (2022). Les femmes et les minorités sexuelles : stigmatisation, vulnérabilités et méfaits liés à la drogue

    La cohorte HEPCO est une étude longitudinale impliquant des entrevues trimestrielles auprès de personnes utilisatrices de drogues par injection. La présentation met en lumière les disparités entre les hommes et les femmes en termes de drogues consommées, comportements de partage, troubles mentaux, douleurs chroniques, risque d’infection au VHC, et d’accès aux traitements.

  • Grothé C., Désilets L. et Bertrand K. (2021) Les enjeux liés au genre dans les services et traitements en toxicomanie

    Cette présentation couvre les résultats préliminaires d’une étude menée auprès de femmes qui ont reçu des services ou des traitements en dépendance. Des constats sur les facteurs influençant l’accès aux services et sur la mixité sont abordés. 

  • Schamp J. (2022) Towards gender-responsive approaches in drug policy (sous-titrage en français)

    Dans cette vidéo, la présentatrice discute des différents niveaux de l’échelle d'évaluation de la prise en compte du sexe et du genre dans la recherche en santé développée par l’OMS. Par la suite, Julie Schamp aborde le cadre de Pederson et al. (2014) sur le continuum des approches pour agir sur le genre et la santé. Enfin, des recommandations destinées aux gestionnaires de programmes en dépendances sont émises à l’égard du vécu particulier des femmes.

  • Jauffret-Roustide M. et le Groupe TIPI festif (2022) Genre et drogues : expériences de la toxicophobie

    Cette présentation aborde les enjeux de stigmatisation vécus par les femmes.

  • Pour plus de vidéos, rendez-vous sur la chaîne YouTube de la Chaire de recherche sur le Genre et l’intervention en dépendance (La GID).

Recherche documentaire : Abdelhakim Missoum, Karine Bertrand et
Thomas Haig
Rédaction : Abdelhakim Missoum, Thomas Haig, Jeannine Foisy, Charles Lavoie et Karine Bertrand
Coordination : Thomas Haig
Dernière mise à jour : 4 juillet 2023

Dernière mise à jour: 2023-07-06