Passer au contenu principal

Lumière sur... Le repérage provincial des initiatives cliniques en période de COVID-19

Dans le cadre des consultations menées par l'Institut universitaire sur les dépendances, le besoin de repérer les initiatives cliniques mises en place au sein des services offerts en dépendance pour répondre à la crise sanitaire liée à la COVID-19 a été identifié comme étant prioritaire.

 

Entrevue avec Léa-Frédérique Rainville

Coordonnatrice du transfert de connaissances et au soutien à l'amélioration des pratiques à l'Institut universitaire sur les dépendances.

IUD : Bonjour Madame Rainville. Pourriez-vous nous dire d’où est venue l’idée d’effectuer un repérage provincial des initiatives cliniques mises en place depuis le début de la crise sanitaire liée à la COVID-19?

Léa-Frédérique Rainville : Oui bien sûr. Alors au printemps et à l’été 2020, l’IUD a mis en place des consultations provinciales avec ses différents partenaires, dont les Directions des programmes de santé mentale et dépendance des CISSS et CIUSSS, diverses organisations provinciales en dépendance et certains gestionnaires, cliniciens, chercheurs et étudiants. Les objectifs de cette consultation étaient d’établir la planification de nos activités considérées comme prioritaire pour les trois prochaines années, de soutenir les établissements et les organisations dans la mise en œuvre de l’offre de service en dépendance, d’assurer notre rôle fédérateur à titre d’institut désigné dans le domaine des dépendances et d’augmenter la portée de nos activités et de la recherche sur l’amélioration des pratiques.

L’une des recommandations résultant de ces consultations était d’effectuer un repérage, à l’échelle provinciale, des initiatives cliniques en dépendance ayant été mises en place depuis le début de la crise sanitaire.

Nous avons donc procédé au repérage des initiatives cliniques via un sondage mis en ligne à l’automne 2020. Les milieux cliniques ainsi que les organismes communautaires ont été invités à remplir le sondage s’ils avaient mis en place de nouvelles initiatives. 

IUD : Quels étaient les objectifs visés par ce repérage d’initiatives cliniques? 

L.-F. R. : Tout d’abord, nous souhaitions permettre un réseautage entre les milieux de pratique et le milieu de la recherche. Nous voulions faire connaitre de nouvelles pratiques innovantes et porteuses de succès à l’ensemble des professionnels œuvrant en dépendances et peut-être même, susciter l’étude de certaine de ces pratiques ou leur déploiement à plus grande échelle.
 

 

IUD : Pouvez-vous nous en dire davantage sur les résultats de votre sondage?

L.-F. R. : En fait nous sommes très heureux de voir que plusieurs milieux, répartis dans dix régions administratives du Québec, ont répondu à l’appel. Des 37 différentes pratiques rapportées, 14 proviennent des CISSS et CIUSSS, quatre des organismes communautaires et privés, deux de centre hospitalier et une d’un centre de recherche.  

IUD : Et est-ce que vous pourriez nous donner quelques exemples de nouvelles initiatives cliniques qui vous ont été rapportées lors de ce repérage?

L.-F. R. : Certaines de ces initiatives sont des interventions qui étaient déjà en place avant la crise sanitaire et qui ont été bonifiées dues au contexte. Par exemple, certaines interventions en réduction des méfaits comme la distribution de matériel de consommation sécuritaire, ou les interventions téléphoniques, ont été bonifiés et intensifiées selon la demande et les besoins.

Des évaluations plus rapides ont aussi été mises en place par certains milieux de pratiques afin de faciliter l’accès aux services. Grâce au repérage de ces initiatives, l’IUD a pu mettre en contact deux gestionnaires de régions différentes. Un de ceux-ci ayant déjà implanté la modalité d’évaluation plus rapide, tandis que l’autre gestionnaire souhaitait procéder à la mise en place d’une telle initiative. 

Nous pouvons aussi parler de la mise en place par les équipes d’initiatives technologiques permettant l’utilisation de plateformes numériques, notamment dans le cadre de l’initiation de traitements pour le trouble d’usage lié à l'utilisation d'opioïdes. Dans ce cas-ci, les usagers ont eu accès à des rendez-vous en télésanté leur permettant de débuter un traitement par agoniste opioïde sans devoir se rendre physiquement sur les lieux.

IUD : Envisagez-vous de donner des suites à ce repérage d’initiatives cliniques?

L.-F. R. : La première étape était de diffuser les différentes initiatives cliniques qui ont été mises en place à l’échelle provinciale afin que les milieux de pratiques puissent s’en inspirer et mettre en place des initiatives qui correspondent à leurs besoins spécifiques. 

Pour la suite, nous planifions déjà une « phase 2 » du repérage des initiatives cliniques en période de COVID-19. Nous voulons aussi faire un repérage des initiatives cliniques qui ne sont pas en lien avec la COVID-19, mais qui font partie de la pratique courante. 

Nous prévoyons aussi créer un répertoire de ces outils cliniques accessible en ligne via notre site web. Nous souhaitons que cette espace devienne une référence pour les professionnels à la recherche de nouveaux outils cliniques.