Passer au contenu principal

Jeunesse et dépendance

L’adolescence est marquée par la quête de nouvelles sensations et expériences, comme peut procurer la consommation de substances psychoactives. Il n’est pas surprenant d’apprendre que près de 80% des jeunes Québécois se sont initiés à l’alcool avant l’âge de 17 ans et 37% aux drogues (ETADJES 2019). Cependant, parmi ceux-ci, seulement une fraction rapporte une consommation évaluée comme étant excessive et répétitive. Mais qu’est-ce qui détermine qu’un jeune va consommer une bière par semaine ou 24 ? À quel moment doit-on s’inquiéter ? Quelles sont les meilleures pratiques pour prévenir la consommation problématique chez les jeunes ? Voilà un ensemble de questions auquel le présent dossier thématique tente de répondre.

Ce Dossier thématique a pour objectif d’orienter les lecteurs vers des sources fiables et accessibles gratuitement dans le but de promouvoir le savoir sur le thème de la dépendance chez les jeunes.

Dans le but de simplifier la lecture et la recherche d'information, les articles, outils et autres documents ont été classés par catégorie. Vous trouverez les différentes catégories ci-dessous. 

Si vous ne parvenez pas à accéder à un document, vous pouvez communiquer avec le Centre québécois de documentation en toxicomanie.

L’IUD tient à remercier Myriam Laventure, professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke et chercheure régulière à l'IUD pour sa contribution au développement et à la bonification de ce dossier thématique. 

1. Statistiques

  • Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire (ETADJES) de 2019.
    Lien vers le rapport INSPQ Alcool
    Lien vers le rapport INSPQ Cannabis
    Lien vers le rapport détaillé ISQ

    Cette enquête porte sur 5192 élèves de la 1re à la 5e année du secondaire inclusivement. Plusieurs thèmes ont été explorés : utilisation de la cigarette électronique ; usage des produits du tabac ; consommation d’alcool et de drogues ; participation à des jeux de hasard et d’argent ; normes sociales entourant l’utilisation de la cigarette électronique ; et plus encore.


     

    Institut canadien d'information sur la santé. (2019). Séjours à l'hôpital en raison de méfaits causés par l'utilisation de substances chez les jeunes de 10 à 24 ans. Institut canadien d'information sur la santé. 
    Lien vers le rapport

    Cette analyse porte sur les jeunes de 10 à 24 ans et se fonde sur les séjours à l’hôpital en raison de méfaits causés par l’utilisation de substances. Les résultats indiquent notamment que presque 70% des séjours à l’hôpital en raison de méfaits causés par l’utilisation de substances comprenaient des soins pour un problème de santé mentale concomitant.


     

    Wallingford, S., Konefal, S. et Young, M. M. (2019). Usage de cannabis, méfaits et risques perçus chez les élèves canadiens : rapport technique. Centre canadien sur les dépendances et l'usage de substances. 
    Lien vers le rapport

    Les conclusions du rapport font un état des lieux pancanadiens sur les indicateurs importants de l’usage de cannabis chez les jeunes, comme l’âge de la première consommation et la conduite sous influence.

2. Facteurs de risques et trajectoires de consommation

  • Leyton, M. et Stewart, S. (dir.). (2014). Voies menant aux troubles liés aux substances dans l'enfance et l'adolescence. Centre canadien de lutte contre les toxicomanies. 
    Lien vers le rapport

    Le présent rapport porte sur la façon dont des facteurs biologiques, comportementaux et sociaux pendant les premières années de développement jouent un rôle dans la toxicomanie plus tard dans la vie, ainsi que dans des problèmes concomitants de santé mentale et physique.


     

    Laventure, M., Lapalme, M., Temcheff, C. et Déry, M. (2015). La consommation de psychotropes chez les enfants ayant des troubles extériorisés : Portrait de la consommation et caractéristiques associées à l’initiation précoce à la cigarette, à l’alcool et au cannabis. Revue Drogues, Santé et Société. 
    Lien vers l'article

    Cette étude vise à décrire la consommation de psychotropes chez les préadolescents présentant des troubles extériorisés et à identifier les caractéristiques permettant de différencier ceux s’étant initiés aux psychotropes de ceux qui n’en consomment pas. Les résultats montrent, entre autres, que les jeunes qui se sont initiés aux psychotropes présentent davantage de symptômes associés à la violation des règles et à l’anxiété.


     

    De Wever, E. et Quaglino, V. (2017). Facteurs psychologiques et de personnalité dans le binge-drinking chez les jeunes. Encephale, 43(5), 486-490.

    L’objectif de ce document est de rendre compte des données bibliographiques disponibles sur les principaux facteurs de risque au binge-drinking et d’en décrire les principaux outils de mesure. Particulièrement, les traits de personnalité tels que l’impulsivité et la recherche de sensation, les facteurs thymiques (dépression, anxiété), les motivations ou les attentes envers la consommation d’alcool ont été considérés comme facteurs de risque. 

    Disponible uniquement sur demande au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.


     

    Dorard, G., Bungener, C. et Berthoz, S. (2012). Usage de substances chez l'adolescent suivi en addictologie: Comparaison avec des adolescents de la population générale. Alcoologie et Addictologie, 34(3), 195-203. 
    Lien vers l'article

    La présente étude vise à déterminer si les adolescents et jeunes adultes consultant pour leur usage problématique de cannabis présentent des caractéristiques d'usage de produits psychoactifs différents de ceux des adolescents de la population générale. Les patients présentaient une plus grande sévérité des caractéristiques d'usage de cannabis, d'alcool et de tabac. 

3. Troubles concomitants et conduites à risque

  • Lambert, G., Haley, N., Tremblay, C., Frappier, J.-Y., Roy, É., & Otis, J. (2015). Consommation problématique de substances psychoactives et comportements sexuels à risque chez les adolescents admis en centre jeunesse. Drogues, santé et société, 14(1), 132‑151. 
    Lien vers l'article

    Cette étude examine les comportements sexuels à risque chez les jeunes admis dans des centres jeunesse du Québec selon leur niveau de consommation de substances psychoactives. Les résultats suggèrent que les jeunes présentant un niveau de consommation problématique (feu rouge au DEP-ADO) ont davantage de comportements sexuels à risque comparé aux participants ayant un feu vert ou jaune.


     

    Brunelle, N., Leclerc, D., Dufour, M., Lapierre, V., Cousineau, M.-M., Gendron, A. et Ste-Marie, M. (2015). Activités et types de jeux reliés aux problèmes de consommation de substances chez les jeunes. Drogues, santé et société, 14(1), 213-232.
    Lien vers l'article

    Les travaux de la présente étude visent à explorer les liens entre les jeux de hasard et d’argent (JHA) et les substances psychoactives (SPA) chez les adolescentes. Les résultats montrent, entre autres, que les jeunes polyconsommateurs (alcool et cannabis) s’adonnent aux JHA dans une proportion plus élevée que les consommateurs d’alcool seulement.  


     

    Poulin, M-H., Laventure, M., Tremblay, K. et Beuchot, E. (2020). Habitudes de consommation de substances psychoactives chez les adolescents et jeunes adultes autistes. Revue Drogues, Santé et Société. 18(2). 120-142.
    Lien vers l'article

    Cette étude décrit les habitudes de consommation de substances psychoactives (SPA ; tabac, alcool, cannabis, autres drogues) et leurs conséquences chez les personnes ayant un diagnostic de trouble de spectre de l’autisme âgées de 16 à 30 ans. Il semble que celles-ci présentent peu de comportements problématiques liés à la consommation, mais que certains facteurs peuvent les rendre plus à risque comme la consommation de tabac ou une condition associée comme la dépression.


     

    Briet, G. (2017). Schémas précoces inadaptés et dimensions de la personnalité chez des adolescents consommateurs abusifs d’alcool. Journal de Thérapie comportementale et cognitive, 27(4), 184-192.

    La présente étude vise à évaluer les schémas précoces inadaptés (selon les travaux de Jeffrey E. Young) et les dimensions de la personnalité du modèle à cinq facteurs (Névrotisme, Extraversion, Ouverture, Agréabilité et Conscience) dans la consommation abusive d’alcool à l’adolescence. Les résultats montrent, entre autres, que les consommateurs abusifs obtiennent des scores significativement plus élevés que les consommateurs occasionnels et que les non-consommateurs sur six schémas spécifiques : abandon, imperfection, vulnérabilité, contrôle émotionnel à outrance, grandeur et manque d’autocontrôle. 

    Disponible uniquement sur demande au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.


     

    Bence, C., Rolland, B. et Cottencin, O. (2014). Les comorbidités dans l'adolescence. Dans A. Benyamina et Association du congrès de psychiatrie et de neurologie de langue française (dir.), Addictions et comorbidités (p. 127-151). Dunod. [616.8900874 A224 2014]

    Cet ouvrage collectif est le fruit d'une rencontre entre les champs de la psychiatrie, de la biologie, de la pharmacologie, de la médecine, de l'imagerie, de la psychanalyse et de l'épistémologie. Après avoir fait un tableau clinique des troubles liés aux addictions, l'ouvrage propose une prise en charge globale des pathologies addictives et psychiatriques.

    Disponible uniquement sur demande au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.

4. Continuum de prévention

  • INSPQ (2012). L’usage de substances psychoactives chez les jeunes québécois : Meilleures pratiques de prévention.
    Lien vers le rapport

    Ce document présente d’abord les différentes classifications des pratiques de prévention et propose une définition des meilleures pratiques. En deuxième partie, une revue de la littérature identifie les interventions efficaces pour réduire la consommation d’alcool et de cannabis des jeunes de 10 à 24 ans.


     

    Laventure, M., Boisvert, K., & Besnard, T. (2010). Programmes de prévention universelle et ciblée de la toxicomanie à l’adolescence : Recension des facteurs prédictifs de l’efficacité. Drogues, santé et société, 9(1), 121‑164.
    Lien vers l'article

    Le présent article a pour but, à partir de la littérature scientifique, de mettre à jour et de comparer les facteurs prédictifs de l’efficacité des programmes de prévention en toxicomanie chez les adolescents.


     

    Agence de santé publique du Canada. (2018). Prévenir la consommation problématique de substances chez les jeunes : rapport de l'administratrice en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada 2018. Agence de la santé publique du Canada. 
    Lien vers le rapport

    Le chapitre 3 de ce rapport porte spécifiquement sur les interventions visant à prévenir la consommation problématique chez les jeunes. Il propose un aperçu des principes et des éléments d’une approche globale et équitable en matière de prévention selon la perspective de la santé publique au Canada (p.ex. la pyramide de la santé publique).  Des exemples concrets de stratégies de prévention sont également illustrées.


     

    Guichard, A., Saint-Jacques, M.-A., Lefrançois, C., Gagnon, M.-P. et Roy, É. (2020). Repenser la réduction des méfaits à l’ère du numérique pour les jeunes consommateurs. Drogues, santé et société, 18(1), 121-144.
    Lien vers l'article

    L’étude vise à explorer l’intérêt et la faisabilité d’utiliser les technologies de l’information et des communications (TIC) pour prévenir des consommations plus intensives et réduire les dommages chez les jeunes adultes consommateurs en situation de grande vulnérabilité sociale. Les résultats révèlent, notamment, que les intervenants utilisent peu les TIC dans le cadre d’interventions individualisées en lien avec les substances psychoactives.


     

    Peterson, R. (2014). Meilleures pratiques de prévention des toxicomanies en milieu scolaire. Service de prévention et promotion, Direction de santé publique. Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière.
    Lien vers le rapport

    Liste de recommandations destinées aux jeunes, aux familles, aux écoles et aux communautés pour favoriser la prévention des toxicomanies en milieu scolaire.


     

    Jean, A. (2012). La prévention de la toxicomanie auprès des jeunes hébergés en centre jeunesse. Revue de psychoéducation, 41(2), 137-143. 
    Lien vers l'article

    Le programme « Groupe de Réflexion sur les Drogues » propose aux jeunes une démarche combinant la réduction des méfaits et l’approche cognitive comportementale qui visent leur responsabilisation face à la consommation au lieu de l’abstinence. Suite à l’évaluation de ce programme, des recommandations ont été émises (p.ex. réduire le temps des rencontres pour conserver l’attention des participants).


     

    Kindelberger, C., Acier, D., Chevalier, C. et Guibert, É. (2016). L’enjeu de la subjectivité des adolescents face aux mesures de prévention de l’alcool et du tabac. Drogues, santé et société, 14(2), 25-42.
    Lien vers l'article   

    En France, malgré une réglementation récente sur la vente d’alcool et de tabac aux mineurs (l’âge étant récemment passé à 18 ans au lieu de 16 ans), et un investissement conséquent dans différentes formes de prévention, la consommation de ces substances par les adolescents reste stable.   Afin de comprendre ce phénomène, la présente étude a cherché à appréhender le vécu subjectif de cette réglementation et des diverses formes de prévention chez des adolescents consommateurs et non consommateurs. Les résultats suggèrent, entre autres, que les modèles de prévention basés sur la peur ont des conséquences néfastes.


     

    St-Arnaud, G., Dufour, M., Légarée, A-A, Tremblay, J., Bertrand, K., Khazaal., Y., Brunelle, N. et Goyette, M. (2019). La prévention de l’utilisation problématique d’internet : le point de vue des jeunes. Revue Québécoise de Psychologie, 40(2), 115-134
    Lien vers l'article 

    Cette étude exploratoire documente la perception qu’ont les jeunes quant à ce que serait un programme de prévention pertinent pour l’utilisation problématique d’Internet. Parmi les suggestions des jeunes, les plus prometteuses sont l’importance d’adresser les méfaits de l’usage, la gestion du temps d’écran, le développement de l’autocontrôle, et l’aspect des habitudes de vie saines.
     

5. Continuum d'intervention

  • Bertrand, K., Beaumont, C., Durand, G. et Massicotte, L. (2006). Intervenir auprès des jeunes et de leur entourage dans les centres de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes – Pratiques gagnantes et offre de services de base. Montréal, Québec, Fédération québécoise des centres de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes.
    Lien vers le rapport 

    La première partie du rapport porte sur l’ampleur de la problématique de l’alcool, des drogues et du jeu chez les adolescents. La seconde porte sur les pratiques gagnantes en matière d’intervention clinique, d’organisation et de gestion des services. Enfin, la troisième partie présente une offre de services de base jeunesse.  


     

    Cattin, M. (2011). Adolescence et addiction. Entre médical et psychosocial, quelle place réserver au jeune et à sa famille ? Thérapie Familiale, 32(1), 59-73.
    Lien vers l'article

    Présentation d’un accompagnement thérapeutique pour adolescents consommateurs de cannabis et leur famille dans un centre spécialisé pour le traitement des addictions selon le modèle de thérapie multifocale. 


     

    Laventure, M., Brunelle, N., Bertrand, K. et Garneau, M. (dir.). (2017). Adolescents dépendants ou à risque de le devenir : pratiques d'intervention prometteuses. Presses de l'Université Laval. [362.290835 A239 2017]

    Le présent ouvrage collectif se veut un reflet de la diversité des pratiques prometteuses adaptées aux nombreux besoins des adolescent.e.s dépendants ou à risque de le devenir. Il vise à inspirer les intervenants dans leur quête d’offrir le meilleur service et de stimuler la recherche.

    Disponible uniquement sur demande au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.


     

    Magrinelli Orsi, M. (2011). Consommation de substances psychoactives, motivation et ouverture envers l'intervention des adolescents placés en centre de réadaptation.
    Lien vers la thèse 

    La présente recherche donne la parole aux jeunes afin de mieux comprendre leur usage de substances psychoactives, leur désir éventuel de réduire ou d’arrêter leur consommation, leur ouverture à réfléchir ou à discuter de leur consommation et leur ouverture envers les interventions disponibles.


     

    McRae-Clark, A. et Gray, K. (2015). Sur quelles interventions pouvons-nous compter pour traiter les troubles liés au cannabis ? Dans T. George et F. Vaccarino (dir.), Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence (p. 70-83). Centre canadien de lutte contre les toxicomanies. 
    Lien vers le rapport

    Brève présentation des interventions préventives et thérapeutiques ciblant les troubles liés au cannabis chez l’adolescent, ainsi que de l’information plus générale sur les troubles liés aux substances chez l’adolescent et sur les troubles liés au cannabis chez l’adulte.


     

    Demers-Lessard, G., Tremblay, J. et Turcotte, D. (2016). Parcours thérapeutique en dépendance : le rôle du réseau social des adolescents. Drogues, santé et société, 15(2), 61-76. 
    Lien vers l'article 

    Le présent article explore le rôle du réseau social sur le parcours thérapeutique d’adolescents. L’analyse suggère que les membres du réseau informel et ceux du réseau formel jouent un rôle déterminant sur la demande d’aide et la persévérance en traitement.


     

    Lafaye, G. (2016). Adolescence et addictions : clinique et prise en charge. Dans M. Reynaud, L. Karila, H.-J. Aubin et A. Benyamina (dir.), Traité d'addictologie (p. 132-138). Lavoisier. [616.86 T768 2016]

    Ce traité constitue une référence pour tous les acteurs de la prise en charge et de la prévention des addictions, qu’ils soient intervenants, psychiatres, médecins généralistes, personnels soignants ou étudiants.

    Disponible uniquement sur demande au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.

6. Livres disponibles au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie (CQDT)

  • Les ouvrages suivants sont tous disponibles gratuitement au Centre Québécois de Documentation en Toxicomanie.

     


    Jeammet, P. (2015). Adolescence et addiction. Dans É.-P. Toubiana (dir.), Addictologie clinique (2e éd., p. 151-188). Presses universitaires de France. [616.86 A2248 2015]

    Le succès de la première version d’Addictologie clinique a tout naturellement conduit à rééditer ce manuel. C’est en tenant compte des remarques et suggestions des lecteurs que cette seconde édition a été revue, corrigée et bonifiée. Nouveaux chapitres, approfondissement de certains autres, analyse du rapport entretenu par Sigmund Freud avec la cocaïne, addictions médicamenteuses, place plus conséquente donnée aux addictions au sexe, actualisation de l’éventail des structures de soin, etc., sont autant de nouveaux apports proposés au lecteur.


    Lamas, C., Shadili, G. et Corcos, M. (2017). Addictions et adolescences. Dans M. Lejoyeux (dir.), Addictologie (p. 66-75). Elsevier Masson. [615.788 A2249 2017]

    Les conduites addictives sont devenues un enjeu de santé majeur en termes de prévention et de soins. Les addictions concernent des substances légales, des produits illicites et des comportements. Un regroupement des pratiques, des moyens et des lieux de soins s’est opéré autour de l’addiction elle-même. Les données épidémiologiques sont mises à jour et de nouveaux modes de traitements sont exposés.


    Phan, O. et Couteron, J.-P. (2019). Adolescence et addictions. Dans A. Morel et J.-P. Couteron (dir.), Aide-mémoire addictologie (3e éd., p. 281-292). Dunod. [362.29 A288 2019]

    Pour une compréhension et une prise en charge globales de l'addiction, l'ouvrage expose des notions regroupées en cinq thèmes : fondements, conduites addictives, clinique, thérapies et prévention.


    Picherot, G., Stheneur, C. et Cochat, P. (dir.). (2014). Addictions chez l'enfant et l'adolescent. Doin. [362.29083 A224 2014]

    Cet ouvrage qui réunit les contributions de nombreux professionnels venant de spécialités et d'horizons divers, vise à intégrer le domaine des addictions dans la démarche pédiatrique. Après une approche épidémiologique et sociétale, il traite des consommations de produits licites et illicites, des risques pour la santé, des addictions sans substances, des troubles du comportement alimentaire, des addictions parentales, et plus encore.